Skip to content

La paille chez les autres …

Tháng Mười Hai 22, 2012

Aujourd'hui, en voyageant à travers les journaux vietnamiens online, je lis : les perspectives tristes des jeunes français

http://www.sggp.org.vn/thegioi/cuasothegioi/2012/12/306834/
Viễn cảnh buồn của thanh niên Pháp

On décrit l'histoire d'un jeune immigrant de deuxième génération qui vit dans la banlieue de Paris et pour qui même un ticket de métro est trop cher pour aller à Paris. Il est web designer, a travaillé deux mois, est qualifié de précaire et reçoit de l'aide de l'Agence locale pour l'emploi.

L'article dit que ce jeune homme comme beaucoup d'autres jeunes français n'a pas de confiance devant les déclarations de relance économique prononcées par le Président Hollande.

Je comprends, la situation de ce jeune homme n'est pas rose.

Mais est-ce que au Viet Nam, les jeunes vivent mieux que lui et ont des perspectives d'avenir plus rassurantes ?

Un deuxième article, du même journal

http://www.sggp.org.vn/thegioi/cuasothegioi/2012/12/307321/
Sum họp nhờ... khủng hoảng

parle des familles réunies, en Espagne, grâce à la crise.

Effectivement, certaines personnes, en perdant leur emploi ne parviennent plus à payer leur loyer ou les remboursements des crédits hypothécaires. Ils “regagnent” donc chez leurs vieux parents pour épargner au moins ce poste de dépense.

Mais en lisant plus en détail, on constate malgré tout que la dépense annuelle des espagnols passe de 12.000 euros par personne à un peu moins de 11.000 euros, toujours par personne.

Est-ce que les pauvres au Viet Nam peuvent se permettre ce niveau de dépense ?

Un troisième article, dans le même journal. Décidément, il y a beaucoup de pauvres partout dans le monde. Cette fois,ce sont des américains :

http://www.sggp.org.vn/thegioi/2012/12/307381/

Số người đói và vô gia cư đang gia tăng tại Mỹ

ou le nombre des gens qui ont faim et qui n'ont pas de logis augmente aux Etats Unis.

L'article précise que 19% d'entr'eux ne reçoivent aucune aide. Certains sont malades, surtout psychiatriques. Bien sûr, la misère est difficile à vivre.

Je n'ai jamais dit que la pauvreté n'existe pas dans les pays occidentaux. J'ai même précisé que cet état concerne un peu plus de 10% de la population, dans ma conclusion à propos de l'étude singaporienne portant sur les pauvres de Hanoi (le seuil de pauvreté en occident se situe à la moitié du revenu médian – en clair, il se situe aux environs de 800 euros par mois et par personne en France et à 973 euros, exactement  en 2012, par mois et par personne en Belgique) . Mais de là à voir que les journaux vietnamiens épinglent le phénomène en négligeant la pauvreté dans laquelle sans doute 30% de la population vietnamienne vivent, il y a quelque chose qui relève du comique.

Nguyen Huynh Mai

Advertisements

Đã đóng bình luận.